• [javascript protected email address]
  • J’aime

Sud-Kivu: Pour échapper à la motion de censure, le Gouverneur Cishambo prétexte « un court déplacement pour raisons d’État »

Écrit par  17 juin 2017

Visé par une motion de censure, le Gouverneur du Sud-Kivu, Marcelin Cishambo tente par tous les moyens de s’y soustraire. Sa trouvaille: un voyage, pas long, pour raisons d’État.

Dans sa correspondance adressée au président de l’Assemblée provinciale, dont 7sur7.cd a obtenu une copie, le Gouverneur écrit ceci:
« Pour raisons d’État m’obligeant à un court déplacement je sollicite un report aux fins de réponses à la motion de censure m’adressée par votre Auguste assemblée », écrit-il.

C’est une fin de non-recevoir qu’a réservée le président de l’Assemblée provinciale au Gouverneur.
Emile Baleke Kadudu, ferme, somme Marcelin Cishambo de se présenter à la plénière du samedi 17, sous peine de considérer son absence comme un outrage à l’Assemblée.  » Vous êtes donc tenu de venir présenter vos moyens de défense à la plénière de ce samedi 17/06/2017. Sous peine d’outrage à l’Assemblée dans le cas où vous vous y dérobez », dit-il dans sa lettre.

Cette fermeté de Baleke envers Cishambo est motivée par le fait qu’il ne croit pas un seul mot sur les raisons d’État avancées par le Gouverneur pour solliciter un report.

 » Cependant, étant sous le coup d’une motion de censure, vous ne pouvez plus vous y soustraire sous quelque motif que ce soit. Votre lettre précitée n’ayant aucun soubassement justifiant un quelconque déplacement pour d’éventuels raisons d’État, qui ne sont d’ailleurs pas élucidées « , fait observer le président de la chambre délibérative.

Pour rappel, la motion de censure a été signée par 18 députés provinciaux sur 38. Le sort de l’ex conseiller diplomatique du président Kabila se joue donc à peu de chose.

Après, Kazembe dans le Haut-Katanga, évincé pour mauvaise gestion par les députés provinciaux, Cishambo est à son tour sur la sellette.
Jean Tokole dans la Tshopo, avait lui avait carrément empêché à l’Assemblée de se réunir en déployant la police au siège de l’institution provinciale.
À la brutalité de Tokole, Cishambo a choisi la ruse mais hélas Baleke n’a pas mordu.

Israël Mutala