• [javascript protected email address]
  • J’aime

Éducation: Lancement du programme d’entrepreneuriat et incubateur à l’Université du Cepromad

Écrit par  17 juin 2017

Ce vendredi 16 juin, l’Université du Cepromad Petro Congo dans la Commune de Masina à Kinshasa, a vibré au rythme d’une double cérémonie marquée par la présentation de l’ouvrage intitulé: « Is god a white man » et du lancement du programme d’entrepreneuriat et incubateur.

Cette cérémonie a été présidée par le Professeur et Docteur Nsalam-O-Lutu affectueusement appelé Recteur Magnifique du Réseau des universités du Cepromad.

Ce, en présence de plusieurs invités dont les pasteurs, les professeurs, les journalistes et les étudiants de différentes universités de la RDC.

S’agissant de la présentation de l’ouvrage, le Recteur Magnifique et différents intervenants ont focalisé leur attention sur la problématique liée à la relation entre Dieu et les deux races ( noire et blanche). Il a été démontré que devant Dieu, l’homme noir et l’homme blanc ont les mêmes droits, avantages…bref, sont traités de la même façon.
« Devant Dieu, il n’y a pas des privilèges pour l’homme blanc au détriment de l’homme noir », a dit le Professeur Nsalam appuyé par certains hommes de Dieu présents dans la salle.

Pour ce qui est du lancement du programme d’entrepreneuriat et incubateur, des explications claires et mûries des exemples probants ont été fournies par les professeurs docteurs Joshua et Namegabe.

Le premier a axé son allocution sur comment devenir entrepreneur ou chef d’une entreprise, quelles sont les stratégies pour y arriver. Tandisque le second s’est contenté d’expliquer le terme « Incubateur » qui n’est rien d’autre dit-il, qu’une ou des personnes qui ( peut ) peuvent aider un entrepreneur à achever son projet lorsqu’il est limité.

Pour terminer, le journaliste Kapayi du journal Les Points Saillants a abordé le sujet: La communication médiatique, fer de lance du déviationnisme positif. Il a expliqué comment on peut arriver à communiquer des méthodes où idées copiées ailleurs en utilisant le déviationnisme positif qui n’est rien d’autre qu’une façon de faire autrement ce qu’on a pris ailleurs.

Le passage d’une étape à une autre a été caractérisée par le jeu de questions-réponses.

Cette manifestation haute en couleur a été sanctionnée par un cocktail.

Jeff Kaleb Hobiang