• J’aime
Le Kenya est de plus en plus dans le doute. Le président de la Commission électorale, l'IEBC, a dit que dans les conditions actuelles il serait difficile d'organiser des élections crédibles jeudi prochain 26 octobre. Le principal opposant Raïla Odinga refuse de participer et appelle à des manifestations de masse le jour du vote. L'IEBC a tenté d'organiser une rencontre avec tous les candidats mais l'initiative a avorté. La tension ne cesse de monter et diverses organisations tirent la sonnette d'alarme. C'est un véritable réquisitoire qu'a tenu Francis Ole Kaparo, le président de la Commission pour la cohésion et l'intégration (NCIC). Créée spécialement après les violences post-électorales de 2007, la NCIC a dénoncé les divisions politiques et ethniques de plus en plus fortes. « La situation politique est irresponsable et intenable, a-t-il affirmé. Le climat actuel ressemble de façon frappante à celui de 2007. On dirait que les leaders politiques ont rapidement oublié le carnage, la souffrance et l'agonie qu'ont vécus les Kényans. Notre peuple doit apprendre à se parler pour résoudre ses problèmes. » La NCIC a rappelé la lourde responsabilité de la Commission électorale, et le lien entre une élection crédible et la paix du pays. Une quinzaine…
Joseph Kabila a discuté en tête-à-tête avec João Lourenço des relations entre l’Angola et la RDC au Centre international de conférence de Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville, à l’occasion du 7ème sommet ordinaire de la CIRGL et la 8ème réunion de haut niveau du mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région. Les deux hommes ont discuté des questions d’intérêt bilatéral et régional, a dit ACTUALITE.CD une source de la présidence congolaise. Après deux mandats (le premier entamé depuis janvier 2014) à la tête de la CIRGL, l’Angola a cédé la présidence tournante au Congo-Brazzaville
Depuis jeudi 19 octobre, le Congo préside aux destinées de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). L'Angola lui a passé le témoin au cours d'un sommet ordinaire de cette organisation à Brazzaville. Ce sommet auquel ont pris part six chefs d'Etat a été suivi par une autre réunion sur la paix et la sécurité dans cette zone et notamment en République démocratique du Congo qui a reçu le soutien de neutraliser les forces négatives à l'origine de son instabilité. Au cours de cette double réunion, les chefs d'Etat se sont dits « préoccupés » par la situation d'instabilité en RDC. Ils ont pris une série de décisions énumérées par Jean-Claude Gakosso, ministre congolais des Affaires étrangères. Première décision : « Encourager le gouvernement de la RDC, agissant avec l'appui des pays de la région et de la Monusco, à poursuivre vigoureusement la neutralisation des forces négatives et d'intensifier les opérations contre ces groupes armés en particulier les ADF, les FDLR et autres Kamunia Nsapu, tous des groupes armés qui terrorisent et continuent de déstabiliser la RDC », a -t-il dit. Toutes ces décisions sont soutenues par Saïd Djinnit, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU dans…
Le 31 décembre 2017 est une date comme toutes les autres et le calendrier académique doit se poursuivre sans désemparer, a déclaré, jeudi 19 octobre , le recteur de l’Université de Kabinda (UNIKAB), le professeur Joseph Kaputa. C’était au cours de la cérémonie d’accueil des étudiants tenue à l’amphithéâtre de cet établissement scolaire à Kabinda dans l’ex Kasaï Oriental.Reconnaissant aux étudiants leurs droits politiques, le recteur de l’UNIKAB a toutefois souligné l’«apolitisme» qui doit caractériser le milieu universitaire.«Nous avons essayé d’expliciter cette notion d’apolitisme qui consiste à placer l’université au-dessus des idéologies et des clivages politiques. Ceux qui veulent faire de la politique peuvent aller dans les permanences des partis politiques pour exprimer leurs opinions. Mais au sein de l’université, nous devons privilégier le débat scientifique», a-t-il expliqué.Le message du recteur de l’Université de Kabinda intervient à l’approche du 31 décembre, date marquant la fin du bonus et dernier mandat de Joseph Kabila tiré dans l’accord du centre interdiocesain .«Ce qui était important c’est d’inviter les étudiants à un sens élevé de responsabilité par rapport aux appels qui viennent de partout. Il y a également des tracts qui sont distribués par certains mouvements. Nous avons attiré leur attention pour qu’ils…
La société Traweco Isaac bénéficiaire d’un jugement du Tribunal de commerce de Kinshasa Gombe, ordonnant la saisie des créances de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications au Congo (Arptc) detenues par les sociétés Vodacom, Africel, Orange et Airtel. L’autorité de régulation de télécoms lui doit plus de 4 millions de dollars américains, qu’elle n’a jamais payés. L’Autorité congolaise de régulation des Postes et télécommunication ne conteste pas la créance qu’elle doit à la société Traweco, mais plutôt la procédure qui a donné lieu à ladite saisie.Raison suffisante de son action devant le Tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe, pour obtenir la main levée de la saisie en question. Cependant, la Traweco a, au cours de l’audience de plaidoiries tenue mercredi 18 octobre, opposé à l’Arptc les exceptions, notamment: l’incompétence du Tribunal de grande instance de la Gombe.Pour Traweco, cette juridiction n’est pas un juge commercial, compétent à connaître cette affaire, d’autant plus que les sociétés auprès desquelles, la saisie a été opérée sont commerciales.L’affaire est prise en délibéré, le jugement est attendu dans le délai légal: c’est-à-dire 8 jours. Léon Pamba